Jambú, Ojo Balingo, Patrice Rushen, Guts, Digital Kabar, Azymuth, Voulez-vous cha-cha ?, Harde Smart, Mizik Soley Sa Bon

D’ordinaire, on préfère mettre en avant des albums pensés comme des touts par des artistes toujours en activité. Mais pour une fois, on va déroger à cette règle militante pour saluer le magnifique travail de neuf compilateurs bien vivants et par là même de neuf labels vivifiants. Depuis des années, les Allemands d’Analog Africa, les Français de Heavenly Sweetness, Born Bad Records, InFiné et Atangana Records ainsi que les Anglais de Strut Records, Far Out Recordings et de BBE Records ou les Belges de Sdban Records dénichent des pépites de toutes époques et de tous pays. Gloire leur soit rendue par ces quelques lignes et cette semaine spéciale compilation sur la programmation du Grigri.

Jambú e Os Míticos Sons Da Amazônia

Brésil

Label: Analog Africa

Compilateurs: Samy Ben Redjeb & Carlo Xavier

Allez, on se lâche, c’est les vacances pour quelques jours encore: cette compilation, c’est l’une des meilleures qui nous soient tombées dans les oreilles depuis longtemps. C’est même à cause d’elle/grâce à elle qu’on a décidé de braquer les projecteurs sur les anthologies qui nous squattent le crâne. En plus d’être dansante, kiffante et passionnante (gros livret de 24 pages pour le vinyle et 44 pour le CD), elle tombe à pic pour rappeler à quel point l’Amazonie mérite toutes les attentions. Ville portuaire aux confins du poumon de la Terre, Belém est un incroyable lieu de métissages que célèbre ce génial Jambú e Os Míticos Sons Da Amazônia. Et si la figure de Pinduca, pièce maîtresse de la compilation, est déjà connue des fans de musique brésilienne, on remercie chaleureusement le label Analog Africa de nous avoir fait découvrir les très modernes avant l’heure Mestre Cupijó e Seu Ritmo, Magalhães e Sua Guitarra ou Janjão.

You Remind Me (The Classic Elektra Recordings 1978-1984)

Patrice Rushen /Etats-Unis

Label: Strut Records

Compilateurs: Patrice Rushen et Quinton Scott

Dans le jargon, on appelle ça une légende méconnue. Patrice Rushen, c’est le genre d’artiste qu’on connaît même si on ne la connaît pas. Le fameux tube de Will Smith pour la B.O. de Men in Black, eh bien c’est un recopiage en règle de son “Forget Me Nots“. Mobb Deep, Mary J. Blige ou encore Grandmaster Flash font partie de la prestigieuse team de ceux qui se sont servis de son travail comme d’une fabuleuse boîte à idées. Le toujours bien informé site WhoSampled affirme que la chanson “Remind Me“ a même été utilisée dans… 97 morceaux différents. Bref, il était temps de célébrer son art de la soul tout à la fois populaire et sophistiqué. C’est aujourd’hui chose (bien) faite avec ce “best of“ des années Elektra de la chanteuse, pianiste et auteure américaine. Au programme, tous ses classiques qui naviguent habilement entre funk et disco sans jamais tomber dans le piège du kitsch.

Voulez-vous Cha-Cha ? - French Chacha 1960-1964

France

Label: Born Bad Records

Compilateur: Jean-Baptiste Guillot

Dans le monde de la réussite assurée, il y a les soirées de l’ambassadeur Ferrero Rocher et il y a les compilations Born Bad Records. La nouvelle en date, en plus de nous avoir fait bien groover (on y retrouve même la légende Alain Goraguer sous le délicieux blaze de Los Goragueros), nous a surtout bien fait marrer: écoutez la traduction so french et so strange du “Watermelon Man“ de Herbie Hancock en “Marchand de Melons“ et vous comprendrez. Plongée sans tralala dans l’univers du chacha à la française, Voulez-vous Cha-Cha? donne l’impression de se retrouver immergé dans un épisode de OSS 117. Sorte de french pastiche de la danse latine menée par des gens aux noms aussi évocateurs que Cassius Simon, Los Albinos ou Spartaco Sax, cette compilation a une belle gueule de retour vers le futur insouciant.

Demos (1973-75) Volumes 1&2

Azymüth /Brésil

Label: Far Out Recordings

Compilateur: Joe Davis

C’est toujours émouvant d’avoir accès aux brouillons des grands écrivains. En musique, on appelle ça les démos. Et celles du groupe phare du jazz-fusion brésilien Azymuth ne dérogent pas à la règle: le son est un peu crade, les intros ne sont pas nickels, l’esprit est bien plus libre que millimétré, mais c’est justement ce qui fait le charme de ces jams captées entre 1973 et 1975 dans le home studio de leur pianiste en chef, José Roberto Bertrami, à Rio de Janeiro. Même sans sa patine définitive, Azymuth transpire le groove par tous ses pores. Quelques mois après ces répétitions, les Brésiliens sortiront leur premier chef-d’oeuvre éponyme (à une lettre prêt: Azimüth). Grâce au fondateur du label anglais Far Out Recordings, Joe Davis, on a à présent un accès VIP à ses puissants bourgeons.

Straight From The Decks

Brésil, Cap-Vert, Guinée, Caraïbes…

Label: Heavenly Sweetness

Compilateur: Guts

Tout comme jamais un magicien ne révèle ses tours, un DJ ne divulgue que très rarement les grosses pépites qui jalonnent immanquablement ses sets. Eh bien, une fois n’est pas coutume, le digger, beatmaker et producteur Guts transgresse cette règle tacite par amour du partage. Fidèle à l’esthétique tropicale qu’il a développée sur ses maintenant fameuses compilations Beach Diggin, le pilier du label français Heavenly Sweetness ne cache pas son penchant immodéré pour les sons brésiliens et caribéens, de Pinduca à Simon Jurad. Mais il s’est aussi battu pour faire figurer sur ce Straight From The Decks de grosses et rares claques venues de Guinée Equatoriale (Bessoso), du Ghana (le mystérieux Slim Young) mais aussi de France avec l’entêtante afro-disco de Voilaaa. Bref, que du lourd, du rare et du (très) bon.

Mizik Soley Sa Bon

France

Label: Atangana Records

Compilateur: Déni Shain

Immense producteur guadeloupéen, Henri Debs n’en finit pas d’être (re)découvert. Et c’est tant mieux. Un an pile poil mois après la très réussie anthologie chapeautée par le label Strut, les Français de Atangana Records se lancent dans une entreprise au long cours dont ce Mizik Soley Sa Bon n’est qu’un premier jalon. Car Déni Shain, le boss du label a eu accès à des centaines et centaines de bandes stockées dans le légendaire studio de Pointe-à-Pitre. Son but? Petit à petit rééditer et restaurer des titres rares du catalogue gigantesque de ce passeur majeur des musiques caribéennes. Avec quatre titres qui vont des cultissimes Maxel’s à la moins connue Lewis Meliano, voici déjà une mise en bouche qui fait saliver en boucle.

Afrotunes – Best of Juju Vol. II - Oba Mimo Olorun Ayo

Nigéria

Label: BBE Records

Compilateur: Ojo Balingo

Bon, là, on l’avoue, on a un peu triché malgré nous. Au départ, quand on a vibré au son de ces huit titres de juju, cette musique d’Afrique de l’Ouest lointaine ancêtre de l’afrobeat et du highlife, on pensait qu’on avait à faire à une nouvelle compilation du label anglais BBE Records sur les traces, par exemple, de leur super anthologie du jazz japonais, J-Jazz. Il faut dire que le nom était trompeur: Afrotunes – Best of Juju Vol. II, ça porte à confusion non? Alors qu’en réalité ce disque est une seule jam d un même groupe divisée en huit parties. Le label Tabansi l’avait sorti à l’origine en 1985 et cet étrange cocktail entre guitares faussement hawaïennes, percus étouffées et chant nigérian n’a pas pris une ride - même pas sa pochette afro-futuriste qui rappelle la grande époque jazz-fusion de Herbie Hancock. La seule question? Mais qui est donc l’énigmatique Ojo Balingo à l’origine de ce drôle de disque?

Harde Smart : Flemish & Dutch Grooves From The 70's

Pays-Bas, Belgique

Label: Sdban Records

Du groove non seulement flamand mais EN flamand? Pour vous, c’est un peu comme parler de sushis sud-africains, de tacos norvégiens ou de champagne anglais? Eh bien, vous avez tort. Grâce à cette anthologie proposée par le label belge Sdban, on découvre, intrigués et déboussolés au possible, toute une scène qui nous était absolument inconnue. Tout droit venus des seventies belges et hollandaises, ces artistes partagent un certain esprit avec les grands raouts mi-rock mi-variétoches à la Hair. Mais au milieu de tout ça, on peut piocher quelques vibrantes surprises: Daan Broos et son “Handicap 2000“ magnifiquement arrangé ou “Eva's Pakje“ de Jimmy Frey dont l’intro aurait très pu être samplée par le Wu-Tang Clan et dont la suite rappelle le revival psychédélique turc mené par Altin Gün. Et pour ne rien gâcher, la pochette est ultra classe. Que demander de plus? Peut-être un dictionnaire flamand-français pour savoir ce qu’ils peuvent bien raconter…

Digital Kabar (Electronic Maloya from La Reunion Since 1980)

France

Label: InFiné

Compilateur: Alexandre Cazac

Une compilation, c’est aussi là pour piétiner les évidences. Pour braquer les projecteurs sur des endroits qu’on ne voyait pas. Concoctée par le label de musiques électroniques InFiné, Digital Kabar répond totalement à ce cahier des charges. Dans nos têtes pleines de clichés, le maloya, c’est certes la musique-clé de La Réunion, mais c’est aussi et surtout des percussions et des instruments acoustiques. Si des figures comme Alain Péters ont oeuvré pour électrifier le maloya, toute une génération, de Ti Fock à Jako Maron en passant par le passionnant Labelle, s’attèle depuis près de quatre décennies à le faire entrer dans l’ère électronique. Et au petit jeu des chouchous du Grigri, Sheitan Brothers, Boogzbrown ou Loya remportent nos digital suffrages.