Logo 1400x1361

Nick Hakim & Roy Nathanson

Small Things, disque de la semaine du Grigri du 03/05 au 09/05


Small Things (NYXO Records)


“Mes p’tites beautés” répète à tout va Cyril Hanouna à tous ses invités, chroniqueurs ou spectateurs. Si l’animateur de TPMP n’avait pas asséché cette expression, c’est ainsi qu’on parlerait des Small Things de Nick Hakim et Roy Nathanson: sept petites chansons qui transpirent la beauté par tous les sons. Car à l’image du bleu de sa pochette, ce LP express propose une soul aquatique qui se bal(l)ade sereinement à une allure de blue train vagabond. Au programme, une voix état de grâce escortée par un saxophoniste en état d’urgence. Comme une version 2.0 du génial John Coltrane and Johnny Hartman de 1963.

Small Things, c’est le fruit d’une longue histoire, celle qu’entretient le cultissime poète-saxophoniste Roy Nathanson avec la jeune garde du free-nu-jazz d’Onyx Collective (à laquelle appartient Nick Hakim). Le premier a fondé les légendaires Jazz Passengers et fricoté avec Elvis Costello, Jeff Buckley, John Lurie, Marc Ribot ou Deborah Harry (Blondie). Les seconds ont agité le New York underground de ces dernières années par la grâce de collaborations avec Princess Nokia, Julian Schnabel ou Dev Hynes (Blood Orange). Isaiah Barr, le saxophoniste fondateur du collectif à la D.A. de Small Things, considère Nathanson comme un véritable parrain – ado, il avait participé à l’aventure “Subway Moon”, un projet du poète-saxophoniste chapeauté par le festival Banlieues Bleues avec des étudiants européens.

Portés par un blues sous hélium, ces sept morceaux de (plus ou moins) quatre minutes sont profondément attachants, dans tous les sens du terme: on a envie de se les approprier, d’en faire la B.O. éternelle de nos sentimental moods éphémères

Projet enregistré à l’ancienne à la suite d’une rencontre à l’ancienne (un soir qu’il accompagnait Onyx Collective, Roy a entendu Nick chanter un de ses poèmes), ce court disque marque la naissance du label de jeunes New-Yorkais épris d’indépendance, NYXO Records. Première sortie, première masterclass. Entre la nu-soul de Frank Ocean (‘“New Guy To Look At” ou “Moonman”) et le groove gorgé de poésie qui fait la patte de Roy Nathanson (“Things to Like and Not Like in America”, “Fry and Party”), Small Things flirte sans le dire avec le jazz vintage, à l’image de l’intense relecture “All The Things You Are”: une cover pleine de rebondissements et d’originalité(s) qui sort de ses gonds ce standard parmi les standards.

Portés par un doux blues sous hélium, ces sept morceaux de (plus ou moins) quatre minutes se révèlent profondément attachants, dans tous les sens du terme: on a envie de se les approprier, d’en faire la B.O. éternelle de nos sentimental moods éphémères, pour qu’ils deviennent “nos p’tites beautés” à jamais. Pourtant, il n’y a pas grand-chose sur ces Small Things: quelques vers bien troussés, une voix magnétique, un doux clavier, une batterie tranquille, une légère guitare de lover, une basse chantante, un saxophone à la fois discret et éraillé. Mais ce pas grand-chose touche beaucoup plus que bien des disques remplis de moyens.

Mathieu

Last news

Malgré le nom, ça ne vient pas du Japon mais d’Écosse ! Mais pas d’inquiétude ce collectif de 8 musiciens autodidactes n’a rien d’une contrefaçon. C’est un mix réjouissant entre d’un côté l’énergie de la scène UK Jazz et de l’autre un fort penchant psychédélique. Du très bon pour un premier essai.

Listen / Buy ↗

Homeboy Sandman trône toujours à la table du rap underground. Sur son nouvel opus « Rich II », ça tire des hommages à Bobby Byrd, J.B, Eric B. & Rakim, ça s’offre sur de terribles slaps de basse funk et ça swingue même comme Sinatra…

Listen/Buy ↗

D'autres albums coup de cœur

© Le Grigri, 2024 — Made with 🖤 — World Best Radio of the year 2062