Logo 1400x1361

Robohands

Shapes, disque de la semaine du Grigri du 18/01 au 24/01


Shapes (KingUnderground)

On ne va pas se mentir. Quand un disque se présente avec une telle pochette, ça met déjà les oreilles dans des conditions optimales. Ça installe un moelleux coussinet derrière la nuque du jugement. Signée Floating Bstrd, elle s’impose comme le parfait mélange entre Matisse et Parra. Ces formes classes et flashy ressemblent à un rébus-manifeste de la musique de Robohands: à la fois anguleuses et arrondies, uniques mais complémentaires, faites main et sérigraphiées. En fait, elles annoncent clairement le groove décontracté de Shapes, typiquement le genre de disque qui donne envie de danser dans sa tête et de se dire “cool, mec, cool meuf, tout va bien” même quand il y a quelques raisons de penser le contraire.

Robohands, on l’avait déjà remarqué au printemps 2018 (au tout début du Grigri, oui, oui) avec le très réussi Green. On avait aimé son côté DIY: derrière ce nom aux allures de groupe krautrock sa cachait en réalité un Londonien seul tout, Andy Baxter. Dans un esprit proche d’un Robert Glasper, le garçon jouait les batteries, la guitare, la basse, les claviers et demandait juste à deux, trois potes un coup de main pour les cuivres et les vents. Trois ans plus tard, Robohands n’a pas changé sa formule, elle était même idéale pour un enregistrement en période de confinement. Il a simplement ajouté la flûte à son arsenal d’instruments.

Dans la démarche comme dans le son, Shapes sonne parfois comme si DJ Shadow s’était mis à l’exotica.

Mais ce n’est pas tout. Sur Shapes, Andy Baxter affirme clairement s’être inspiré de la library music et de certains de ses prophètes, Piero Umilani, David Axelrod, Brian Bennet. Musique d’illustration composée (souvent) anonymement et à la chaîne dans les années 70, elle a joué un rôle non négligeable dans l’essor du hip-hop et des samples – logique, personne ne venait réclamer les droits. Résultat, elle sonne aujourd’hui comme une sorte de rap instrumental avant l’heure. Cette influence a donc fait délicatement muter la musique du Londonien. Fini le “nu-jazz” très propre de Green, Shapes évoque davantage les basses rentre-dedans de BadBadNotGood ou les guitares molletonnées de Khruangbin.

Alors que certains font le choix de muscler leur jeu album après album, c’est presque à une entreprise de décroissance sonique que s’attèle Robohands avec ce troisième album tranquillement vintage. Dans la démarche comme dans le son, Shapes sonne parfois comme si DJ Shadow s’était mis à l’exotica, ce style musical et onirique fondé dans les années 50 par un glorieux homonyme, Les Baxter. Une musique avec assez d’espace(s) pour que chacun puisse y trouver sa place.

Mathieu

Last news

Malgré le nom, ça ne vient pas du Japon mais d’Écosse ! Mais pas d’inquiétude ce collectif de 8 musiciens autodidactes n’a rien d’une contrefaçon. C’est un mix réjouissant entre d’un côté l’énergie de la scène UK Jazz et de l’autre un fort penchant psychédélique. Du très bon pour un premier essai.

Listen / Buy ↗

Homeboy Sandman trône toujours à la table du rap underground. Sur son nouvel opus « Rich II », ça tire des hommages à Bobby Byrd, J.B, Eric B. & Rakim, ça s’offre sur de terribles slaps de basse funk et ça swingue même comme Sinatra…

Listen/Buy ↗

D'autres albums coup de cœur

© Le Grigri, 2024 — Made with 🖤 — World Best Radio of the year 2062