Logo 1400x1361

Omas Sextet

Le Grigri écoute en boucle “Omas Sextet”

Clairement, ça sent la mytho. On a bien l’impression que ce fameux James « Creole » Thomas n’existe que dans le cerveau de l’Anglais Reginald Omas Mamode IV. Officiellement, c’est son cousin des Caraïbes. Officieusement, ça ressemble gros comme un maison à un nom d’emprunt pour sortir des projets plus « jazz » et ne pas interférer avec ses aventures électro ou soul. Madlib s’était fait le spécialiste de la chose avec son Yesterdays New Quintet où il jouait en réalité lui-même de (presque) tous les instruments. Et puis, au final, on s’en fout un peu de savoir qui joue sur cet album du label du flûtiste Tenderlonious, 22a. Car Omas Sextet est tout bonnement addictif comme le Pastis en été. Une fois qu’on a mis le doigt dedans, c’est foutu, on en voudra toujours plus quitte à s’en dégoûter le soir et recommencer le lendemain comme si de rien n’était. Un disque d’acid jazz tropical qui donne envie de croire aux groupes imaginaires plus que dans les divinités réelles.

Last news

Malgré le nom, ça ne vient pas du Japon mais d’Écosse ! Mais pas d’inquiétude ce collectif de 8 musiciens autodidactes n’a rien d’une contrefaçon. C’est un mix réjouissant entre d’un côté l’énergie de la scène UK Jazz et de l’autre un fort penchant psychédélique. Du très bon pour un premier essai.

Listen / Buy ↗

Homeboy Sandman trône toujours à la table du rap underground. Sur son nouvel opus « Rich II », ça tire des hommages à Bobby Byrd, J.B, Eric B. & Rakim, ça s’offre sur de terribles slaps de basse funk et ça swingue même comme Sinatra…

Listen/Buy ↗

D'autres albums coup de cœur

© Le Grigri, 2024 — Made with 🖤 — World Best Radio of the year 2062