Logo 1400x1361

[PREMIERE] Anne Paceo nous offre un inédit tournoyant

Le 11 septembre prochain, la batteuse-chanteuse-compositrice sortira un EP cinq titres. Au programme des morceaux live et des inédits, dont “Samâ” un titre ascensionnel qu’on vous révèle aujourd’hui en exclusivité.

Le 11 septembre prochain, la batteuse-chanteuse-compositrice sortira un EP cinq titres. Au programme des morceaux live et des inédits, dont “Samâ” un titre ascensionnel qu’on vous révèle aujourd’hui en exclusivité.

Anne Paceo, c’est la famille. Et pas seulement parce qu’elle fut l’une des premières musiciennes à accepter de jouer le jeu des cartes blanches ou l’une des invitées VIP du premier anniversaire du Grigri. Aussi parce qu’on partage avec elle une certaine vision de la musique ouverte à tous vents, toutes teintes et tous pays. On est donc toujours heureux d’avoir de ses nouvelles, surtout quand elles prennent la forme de post-scriptum à l’oeuvre qui changé le cours de son parcours, Bright Shadows. Sorti en 2018, ce disque a entériné avec grâce la révolution pop et vocale que cette batteuse de jazz mûrissait depuis des années. Logique pour une artiste qui a travaillé avec Rhoda Scott, Jeanne Added, Archie Shepp ou Mélissa Laveaux.

Après vous avoir présenté en avant-première “Calle Silencio” et “Le Cri”, on réalise la fameuse prophétie du jamais deux sans trois avec “Samâ”, le morceau titre d’un EP prévu pour le 11 septembre chez Laborie Jazz. Le pitch? Anne Paceo offre sur la face A trois morceaux inédits enregistrés en studio avec la team “Bright Shadows”: les chanteurs Ann Shirley et Florent Mateo, le guitariste Pierre Perchaud, le saxophoniste Christophe Panzani saxophone et le pianiste Tony Paeleman. Face B, deux titres live captés juin 2019 lors du “Week-End Jazz en VF” à La Philharmonie de Paris. Comme si ce fameux Brights Shadows ne cessait de muter et de se réinventer dans un grand jeu de recréation.

“Samâ”, on le trouve sur cette fameuse Face A qui affiche la fraîcheur de l’inédit. Terme emprunté à la langue arabe, il évoque la danse giratoire sacrée des derviches tourneurs soufis. Résultat, un morceau intense et habité qui rappelle que la batteuse-compositrice a toujours été fascinée par les traditions du monde entier: Yokaï en 2012 empruntait par exemple son titre au Japon ancestral où il désigne des animaux fabuleux ou créatures chimérique. De là à affirmer qu’Anne Paceo cherche à se créer son folklore onirique et intime, il n’y a qu’un pas.

Pour précommander « Samâ”

Le site d’Anne Paceo

Son Instagram et sa page Facebook.

Crédit: Sylvain Gripoix

Crédit: Sylvain Gripoix

Last news

Malgré le nom, ça ne vient pas du Japon mais d’Écosse! Mais pas d’inquiétude ce collectif de 8 musiciens autodidactes n’a rien d’une contrefaçon. C’est un mix réjouissant entre d’un côté l’énergie de la scène UK Jazz et de l’autre un fort penchant psychédélique. Du très bon pour un premier essai.

Listen / Buy

Homeboy Sandman trône toujours à la table du rap underground. Sur son nouvel opus « Rich II », ça tire des hommages à Bobby Byrd, J.B, Eric B. & Rakim, ça s’offre sur de terribles slaps de basse funk et ça swingue même comme Sinatra…

Listen/Buy ↗

Vous devriez aussi aimer

© Le Grigri, 2024 — Made with 🖤 — World Best Radio of the year 2062