[PORTFOLIO] Le anniversaire de le grigri

Ce dimanche Le Grigri fêtait son premier anniversaire à la Cité Fertile à Pantin. On vous fait un petit debrief avec nos mots pleins de gratitude et les clichés pleins de ciel bleu de notre camarade Nikola Cindric.

Bon, on ne vous cache pas qu’on flippait un peu. Tout simplement parce qu’on avait peur qu’il ne fasse pas beau - on ne croit pas à ces histoires d’anniversaire pluvieux, anniversaire heureux, nous on aime se tartiner la gueule de lumière pour parfaire nos fêtes. Mais heureusement le Sun Ra était avec nous et on a passé une après-midi de qualité supérieure. Elle aurait même pu être parfaite si la magnifique bâche estampillée Le Grigri qu’on avait prévue de fièrement afficher derrière les platines était arrivée à temps. À la place, on avait quelques fruits habilement disposés pour décor - ils furent très vite empruntés par une bande de gosses fans de poires et du Grigri - ce qui est absolument compatible.

Malgré ce contretemps et ce larcin, on a été heureux, fiers et émus de célébrer ces douze premiers mois de la radio porte-bonheur avec vous. Donc un immense merci à vous tous qui êtes venus passer ces heures avec nous pour marquer le coup. Ça nous a fait chaud au coeur de voir vos belles têtes d’auditeurs. Vous étiez si nombreux qu’on n’a pas le temps de papoter avec chacun d’entre vous, mais le coeur y était. On espère surtout que ce ne sera que partie remise avec le retour des apéros du Grigri new generation à la rentrée. On remercie également plus que chaleureusement les trois artistes qui ont magnifiquement joué les DJ: Sandra Nkaké, Anne Paceo, Jî Drû forment chacun à leur manière l’ADN du Grigri. C’était une joie et un honneur de partager cet anniversaire avec eux. On remercie aussi Nikola Cindric pour les belles photos qui suivent ce texte, les membres du comité d’écoute du Grigri qui pu passer, Raphaël de la Cité Fertile et tous les visiteurs d’un jour qui ont écouté nos sons avec autant d’attention et de sourires.

On va arrêter les remerciements car on a l’impression d’être un mélange entre Michel Drucker et une grosse boîte de guimauves. Mais sincèrement, on a passé un bien bel après-midi. Pour la première fois depuis longtemps, on a hâte de prendre un an de plus pour refaire une fête avec une bâche Le Grigri.