Brad Mehldau

finding-gabriel.png

Il fallait bien que ça arrive un jour. Depuis le temps que Brad Mehldau clame sa passion pour Bach à tour de projets, il était écrit que le pianiste américain allait nous sortir un jour son oratorio de sa besace. Le voici, le voilà et il a une sacrée gueule d’atmosphère - tendance synthétique, jazz fusion et judéo-chrétienne. Et comme dans La Passion Selon Saint-Matthieu, il y a de l’émotion, de l’innovation, des contrechants, des contrepoints et des choeurs à gogo entonnés ici par des voix amies que sont Becca Stevens, Kurt Elling ou Gabriel Kahane. Mais à la différence de Jean Sebastian, Mehldau se sert de la Bible pour balancer de petits taquets politiques. Notamment à un fou de Dieu, de murs et de pistolets nommé Trump sur le survitaminé “The Prophet is A Fool”. Car malgré ses multiples références bibliques, Finding Gabriel n’est pas un disque de cul-béni. Il s’inscrit tout simplement dans la tradition des oeuvres qui cherchent dans l’Ancien Testament des clés universelles pour comprendre le présent. Et surtout, il se décline en dix morceaux complètement chelous et profondément biberonnés à multiples substances dopantes: l’hélium, la dopamine, l’EPO, le vintage ou l’amitié (puisqu’on y retrouve une partie de sa bande, de Mark Guiliana à Ambrose Akinmusire). On dirait parfois le mix entre deux des meilleurs albums de Mehldau, Taming The Dragon et Largo. Bref, tout le monde le dit depuis quelques jours, mais c’est vrai: Finding Gabriel est un putain de grand disque dont on n’a pas fini de saisir les contours.

Et vous savez quoi? On vous fait gagner ce chef-d'oeuvre génétiquement modifié. Il suffit de partager cette chronique sur le réseau social de votre choix et de nous envoyer un petit message à legrigriradio@gmail.com