Les voix lactées de Leïla Martial

exclu leila martial.png

Leïla Martial, c’est un peu la famille. Eh oui, c’était comme il y a millier d’années et pourtant c’était il n’y a pas si longtemps que ça: lors de la soirée de lancement du Grigri en juin dernier, elle avait fait partie des artistes qui avaient mixé pour soutenir la naissance de la radio. Mais final, même si ce n’était pas la famille, même si elle était Capulet et qu’on était Montaigu, même si elle était MacGyver et qu’on était Murdoc, même si elle était Cardi B et qu’on était Nicki Minaj, eh bien on serait heureux de diffuser en avant-première planétaire un extrait de son nouvel album prévu pour le 12 avril sur le label Laborie. Déjà parce que son titre, Warm Canto, résume bien son art vocal. Quelque chose d’ardent, d’étrange(r) et de non conformiste. Et puis parce que le morceau en question qui donne son nom à l’album est une reprise d’un pianiste génial et trop méconnu, Mal Waldron. Un morceau d’une beauté tranquille, sereine, classe que Leïla Martial et ses complices de Baa Box transforment en hymne séraphique digne de la Björk période Vespertine/Medúlla. Le genre de morceau qu’on serait curieux de découvrir live le 28 mars au Bal Blomet à Paris. Et le genre de morceau que les auditeurs du Grigri découvriront donc avant tout le monde.