Logo 1400x1361

[PREMIERE] « Dieu Poulet » : The Very Big Experimental Toubifri Orchestra est divin

Le Grigri accélère le temps pour vous faire découvrir en avant-première un extrait du prochain The Very Big Experimental Toubifri Orchestra, et on préfère vous prévenir: c’est divin.

“Dieu Poulet”, le nouvel album de l’un des plus excitants big-bands de France et de Navarre, ne sortira que le 30 avril. Le Grigri accélère le temps pour vous faire découvrir en avant-première un extrait du prochain The Very Big Experimental Toubifri Orchestra, et on préfère vous prévenir : c’est divin.

Le Toubifri est aux années 2010-20, ce que les 2be3 étaient aux années 90 : une institution, un groupe phare proche de s’installer dans la légende, le talent en plus. 

Parce que The Very Big Experimental Toubifri Orchestra, de son nom complet, est un concentré de talents. Fondé par Grégoire Gensse, à qui cet album est dédié, et constitué de 18 musiciens parmi les plus doués de la région lyonnaise (Mélissa Acchiardi entendue au sein de l’ARFI, Lucas Hercberg et Antoine Mermet avec Chromb! ou encore Felicien Bouchot dans Bigre!, etc), ce méga orchestre s’est juré de toujours tout donner et partager. De leur premier album « Waiting in the Toaster » au magnifique « Nous » de 2017 avec Loic Lantoine qui les consacre aux yeux du grand public, les 18 compagnons ont tracé leur route sans se retourner ni rien regretter. 

Une énergie rock propulsée par une section de cuivres gargantuesque, un jazz teinté mais pas tâché de pop, de la chanson française proche d’un sentiment d’infini, comme un tout qui promet de truster les hits-parades et les oreilles pendant un moment.

« Dieu Poulet », leur nouvel opus qui paraitra le 30 avril est un pavé jeté dans la mare des big-band. Si leur dossier de presse annonce avec fracas « 2021. L’heure du dernier slow arrive à grand pas », on vous rassure, ce grand pas vous mènera surtout au dernier bar avant la fin du monde : une énergie rock propulsée par une section de cuivres gargantuesque, un jazz teinté mais pas tâché de pop, de la chanson française proche d’un sentiment d’infini, comme un tout qui promet de truster les hits-parades et les oreilles pendant un moment.

Et pour vous donner une idée de ce qui vous attend, on vous dévoile en exclusivité un morceau, celui-là même qui aura donné son nom à l’album, « Dieu Poulet », un titre à la croisée des chemins empruntés depuis près de 8 années par le Toubifri, un bout de poulet tendre comme les mélodies sur lesquelles poétisait Loic Lantoine et ferme comme un groupe qui tient la barre d’une Arche prête à sauver le monde à coups de cuivres et percussions. 

On ne rêve plus que de trouver un bar sur cette Arche, nos 18 compagnons et quelques ami.e.s histoire d’être toujours réunis. 

Antoine Bos

 

Le Toubifri célèbre le Dieu Soleil - © BRUNO BELLEUDY

Le Toubifri célèbre le Dieu Soleil – © BRUNO BELLEUDY

Last news

Malgré le nom, ça ne vient pas du Japon mais d’Écosse ! Mais pas d’inquiétude ce collectif de 8 musiciens autodidactes n’a rien d’une contrefaçon. C’est un mix réjouissant entre d’un côté l’énergie de la scène UK Jazz et de l’autre un fort penchant psychédélique. Du très bon pour un premier essai.

Listen / Buy ↗

Homeboy Sandman trône toujours à la table du rap underground. Sur son nouvel opus « Rich II », ça tire des hommages à Bobby Byrd, J.B, Eric B. & Rakim, ça s’offre sur de terribles slaps de basse funk et ça swingue même comme Sinatra…

Listen/Buy ↗

Vous devriez aussi aimer

© Le Grigri, 2024 — Made with 🖤 — World Best Radio of the year 2062