Logo 1400x1361

[PREMIERE] « Blue Silver » : le blues hypnotique et sauvage de Dans Dans

Dans Dans, c’est ce funambule belge qui s’amuse à tenir en équilibre entre les genres. Ce n’est pas vraiment du garage jazz, pas tout à fait du blues psyché ni complètement du rock instrumental. Dans Dans, c’est un son authentique, intriguant et éminemment cinématographique. Et, en attendant la sortie de Zink, le prochain album de ce trio belge inclassable, on a l’honneur de vous dévoiler en exclu le titre « Blue Silver ».

Dans Dans, c’est ce funambule belge qui s’amuse à tenir en équilibre entre les genres. Ce n’est pas vraiment du garage jazz, pas tout à fait du blues psyché ni complètement du rock instrumental. Dans Dans, c’est un son authentique, intriguant et éminemment cinématographique. Et, en attendant la sortie de Zink, le prochain album de ce trio belge inclassable, on a l’honneur de vous dévoiler en exclu le titre « Blue Silver ».

Depuis son premier album éponyme en 2012, le trio composé du guitariste Bert Dockx (Flying Horseman, Ottla), du bassiste Frédéric Jacques (Lyenn) et du batteur Steven Cassiers (Dez Mona, DAAU) a su imposer son univers musical en Belgique et au-delà. Comme pour les trois albums précédents (I/II, 3 et Sand), Zink est signé sur le label basé à Ghent, Unday Records, qui s’est donné pour noble mission de mettre en valeur les fortes personnalités musicales de la scène indé belge.

Avec ses atmosphères électriques dominées par le discours d’une guitare sauvage, on retrouve chez Dans Dans l’influence d’autres groupes menés par de grands guitaristes comme Marc Ribot, Julian Lage, ou Nels Cline…  Ce qui est sûr c’est qu’il y a une véritable empreinte cinématographique baignée d’une ambiance un peu sombre dans ce style Dans Dans. Comme s’ils pensaient leurs instruments comme des caméras et leurs partitions comme des scénarios. 

C’est un blues détraqué, qui sombre parfois dans le délire paranoïaque, mais rejaillit toujours, quoiqu’un peu étourdi, à la lumière.

Alors, quand on écoute « Blue Silver », on a un peu l’impression d’être plongé dans une épopée crossover qui mêlerait un western, un film noir et un roadtrip à la Las Vegas Parano. C’est un blues détraqué, qui sombre parfois dans le délire paranoïaque, mais rejaillit toujours, quoiqu’un peu étourdi, à la lumière. Le reste de ce grand album est fait de la même étoffe : d’un titre à l’autre on passe d’une ballade vertigineuse à un kaléidoscope hypnotique en passant par une course hallucinée contre sa propre ombre.  

Zink, le cinquième album de ce trio belge dont on n’a pas fini d’entendre parler, sortira donc le 23 avril. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, ils vous donnent rendez-vous à 20 heures demain mercredi 21 avril sur la page facebook de l’Ancienne Belgique pour un release show qui s’annonce des plus excitants. 

Auguste Bergot

Tryptique en noir et blanc (bon courage pour trouver les 7 différences). Crédits : Alex Schuurbiers

Tryptique en noir et blanc (bon courage pour trouver les 7 différences). Crédits : Alex Schuurbiers

Last news

Malgré le nom, ça ne vient pas du Japon mais d’Écosse ! Mais pas d’inquiétude ce collectif de 8 musiciens autodidactes n’a rien d’une contrefaçon. C’est un mix réjouissant entre d’un côté l’énergie de la scène UK Jazz et de l’autre un fort penchant psychédélique. Du très bon pour un premier essai.

Listen / Buy ↗

Homeboy Sandman trône toujours à la table du rap underground. Sur son nouvel opus « Rich II », ça tire des hommages à Bobby Byrd, J.B, Eric B. & Rakim, ça s’offre sur de terribles slaps de basse funk et ça swingue même comme Sinatra…

Listen/Buy ↗

Vous devriez aussi aimer

© Le Grigri, 2024 — Made with 🖤 — World Best Radio of the year 2062