Logo 1400x1361

[PREMIERE] Rhizottome – « Jean qui rit »

Derrière ce blase qui signifie “le coupeur de racines” se cache un binôme accordéon-saxophone qui revendique haut et fort son ADN “néo-trad”. Extrait de leur second album Malherbologie dont la sortie est prévue pour le 15 octobre, “Jean qui rit” nous a tiré des larmes de plaisir.

Derrière ce blase qui signifie “le coupeur de racines” se cache un binôme accordéon-saxophone qui revendique haut et fort son ADN “néo-trad”. Traduction: ils rejouent avec une intensité folle une foule de musiques traditionnelles, réelles ou imaginaires, nordiques ou orientales, à la lettre ou dans l’esprit. Extrait de leur second album Malherbologie dont la sortie est prévue pour le 15 octobre, “Jean qui rit” nous a tiré des larmes de plaisir.

Au départ, avec un blase comme Rhizottome et un titre d’album comme Malherbologie, on ne sait pas trop à quoi s’attendre. Ça fait un peu mots qui comptent triple au Scrabble. Surtout quand on voit que c’est un disque avec un accordéon (Armelle Dousset) et un saxophone (Matthieu Metzger). Et quand on commence à écouter, c’est la claque, c’est la classe, c’est le clash: on ne sait pas trop ce que c’est, on ne sait pas trop comment le définir, mais que c’est beau, quoi. Du genre de beau qui réveille la chair de poule. Surtout ce morceau-là, « Jean qui rit » et son titre qui fait chanson populaire du xviie siècle. Eh bien, ce morceau-là, il fait monter dans des tours d’intensité qui rappelle les premières fois où l’on découvre Colin Stetson ou Mario Batkovic, ces princes du crescendo dévastateur ni vu ni connu. On ne pensait pas aller aussi haut avec aussi peu: deux instruments, mais des centaines de possibilités d’une idylle.

Il faut dire que Rhizottome, c’est un duo qui se connaît bien, et même très bien: ils jouent ensemble depuis plus de dix ans et avaient déjà sorti un premier disque éponyme chez NoMad Music en 2014. Et c’est ce qui explique la puissance de leur musique faussement folklorique, vraiment onirique: parfois, on ne sait plus où est l’accordéon où est le saxophone tant ils s’emmêlent comme des rimes embrassées. Tout dans ce duo transpire le bal perdu et c’est d’ailleurs l’un des crédos de ces deux musiciens aux parcours si éloignés mais complémentaires: Armelle Dousset, la danseuse contemporaine autodidacte de l’accordéon ; Matthieu Metzger l’enfant du CNSM et de l’ONJ fan de Messhuagha et proche de Louis Sclavis ou Marc Ducret.

Ensemble, ils revendiquent haut et fort un ADN “néo-trad”. Soit la volonté de jouer des musiques traditionnelles du monde entier, de la Scandinavie au Japon, avec une liberté totale, une spontanéité assumée, une fraicheur ébouriffante. Autre credo du duo: une affection toute particulière pour le monde des plantes. D’où le titre de cet album si séduisant prévu pour le 15 octobre. D’où leur nom de groupe qui signifie “coupeur de racines”. D’où le livret du disque rempli de dessins et de mots latins. Un groupe profondément atypique et à contre-courant dont on est fiers de vous présenter en avant-première ce “Jean qui rit”, qui, on doit l’avouer, nous a plutôt fait lâcher quelques larmes.

Matthieu Metzger et Armelle Dousset. Crédit : Mathieu Vladimir Alliard

Matthieu Metzger et Armelle Dousset. Crédit : Mathieu Vladimir Alliard

Last news

Malgré le nom, ça ne vient pas du Japon mais d’Écosse! Mais pas d’inquiétude ce collectif de 8 musiciens autodidactes n’a rien d’une contrefaçon. C’est un mix réjouissant entre d’un côté l’énergie de la scène UK Jazz et de l’autre un fort penchant psychédélique. Du très bon pour un premier essai.

Listen / Buy

Homeboy Sandman trône toujours à la table du rap underground. Sur son nouvel opus « Rich II », ça tire des hommages à Bobby Byrd, J.B, Eric B. & Rakim, ça s’offre sur de terribles slaps de basse funk et ça swingue même comme Sinatra…

Listen/Buy ↗

Vous devriez aussi aimer

© Le Grigri, 2024 — Made with 🖤 — World Best Radio of the year 2062