Logo 1400x1361

[PREMIERE] « A Leila (Marrakech) » de OZMA

48 heures avant sa sortie, le nouvel album du quintet de Stéphane Scharlé débarque sur Le Grigri. Au menu, la halte marocaine de cet Hyperlapse imaginé comme un explosif carnet de voyage.

48 heures avant sa sortie, le nouvel album du quintet de Stéphane Scharlé débarque sur Le Grigri. Au menu, la halte marocaine de cet Hyperlapse imaginé comme un explosif carnet de voyage.

Composed by drummer and bandleader Stéphane Scharlé, this 7th opus was imagined as a travel journal, a moving photography nourished by a common experience. 10 songs each dedicated to cities that the five musicians of OZMA discovered together during an incredible world tour in 2018.

Composé par le batteur et leader Stéphane Scharlé, ce 7ème opus à été pensé comme un carnet de voyage, une photographie en mouvement nourrie par un imaginaire commun. 10 morceaux dédiés chacun à une ville que les cinq musiciens d’OZMA ont découvert ensemble, lors d’une incroyable tournée mondiale en 2018.

C’est toujours le risque quand on voyage trop: ça vous inspire, ça vous change, ça vous chamboule. Pour s’éviter ça, nous, on préfère comme Georges (Brassens, hein?) nos lits douillets. Mais les gars d’Ozma ont préféré se laisser aspirer par leurs 56 concerts de par le monde en 2018, ce qui fait d’eux d’ailleurs l’un des groupes de jazz hexagonaux les mieux dotés en miles, en turbulences et en heures d’attente en aéroport. Ce qui n’est pas un mince exploit.

Résultat, un septième album baptisé Hyperlapse qui se présente sous forme de carnet de bord musical, à la fois intime et grandiloquent: d’Allemagne en Chine, d’Indonésie en Inde, du Maroc au Zimbabwe. 10 titres pour 10 expériences de villes visitées par le batteur Stephane Scharlé et ses quatre comparses, Julien Soro (saxophone), Tam de Villiers (guitare), Guillaume Nuss (trombone) et Édouard Séro-Guillaume (basse). Prévu pour le 7 février chez Cristal Records, il sera inauguré sur la scène du Périscope à Lyon le 6 mars et sur celle du Café de la Danse à Paris le lendemain.

Pour Le Grigri, Ozma a accepté de dévoiler un titre inspiré par leur voyage au Maroc. Intense crescendo de près de quatre minutes, « A Leila (Marrakech) » détonne dans l’univers dynamite du groupe quintet frenchy. Comme s’ils retenaient, une fois n’est pas coutume, leur énergie et en gardaient sous la semelle pour offrir un vrai moment de mélancolie tourbillonnante – il faut dire que la Leila du titre, c’est Leila Alaoui, photographe engagée, victime en 2016 des attentats de Ouagadougou. Comme sur le reste du disque, la bande à Scharlé ne tombe dans le piège du cliché “tour du monde express” et « A Leila (Marrakech) » n’est donc pas un morceau orientalisant dédié au Maroc. Non, il divague et digresse autour des moments de vie et de souvenirs. Ça nous donnerait presque envie de sortir de nos lits douillets, on va leur demander quelques miles.

Last news

Malgré le nom, ça ne vient pas du Japon mais d’Écosse! Mais pas d’inquiétude ce collectif de 8 musiciens autodidactes n’a rien d’une contrefaçon. C’est un mix réjouissant entre d’un côté l’énergie de la scène UK Jazz et de l’autre un fort penchant psychédélique. Du très bon pour un premier essai.

Listen / Buy

Homeboy Sandman trône toujours à la table du rap underground. Sur son nouvel opus « Rich II », ça tire des hommages à Bobby Byrd, J.B, Eric B. & Rakim, ça s’offre sur de terribles slaps de basse funk et ça swingue même comme Sinatra…

Listen/Buy ↗

Vous devriez aussi aimer

© Le Grigri, 2024 — Made with 🖤 — World Best Radio of the year 2062