Logo 1400x1361

Traque de track #20 – « Monkey Fight Snake » de The Bombay Royale

Chaque jour de nouveaux titres entrent dans la programmation du Grigri. Aujourd’hui, un extrait de la première compilation du passionnant label australien HopeStreet Recordings. Une petite bombe entre Bollywood, Tarantino et le Wu-Tang.

Chaque jour de nouveaux titres entrent dans la programmation du Grigri. Aujourd’hui, un extrait de la première compilation du passionnant label australien HopeStreet Recordings. Une petite bombe entre Bollywood, Tarantino et le Wu-Tang.

Fondé en 2009 dans le nord de Melbourne, le label australien HopeStreet Recordings fait partie de ces maisons à l’esprit familial où tout le monde se connaît – à l’instar d’International Anthem à Chicago ou Brownswood à Londres. Sur chacun des projets, ce sont presque toujours les mêmes musiciens qui sont à l’oeuvre. Résultat, même si les esthétiques sont éclectiques au possible, on retrouve un même souffle, un même panache, une même patte – tous les disques du label sont enregistrés et chapeautés par ses fondateurs Bob Knob et Tristan Ludowy.

Pour le prouver et le rappeler, HopeStreet Recordings a décidé de fêter sa première décennie avec une compilation stylée. Stylée par son contenant (graphisme impeccable) mais surtout par son contenu: si on a succombé au vrai-faux beatmaking soul de The Cactus Channel ou à la soul madlibienne de The Putbacks, on a été soufflés par le titre d’ouverture de ce Over Under Away. Tiré du premier album (You Me Bullets Love) d’un groupe répondant au doux nom de The Bombay Royale, il synthétise en trois minutes tout une cinéphilie sonique que ne renieraient pas le Wu-Tang et Tarantino. Et puis son titre “Monkey Fight Snake”, et puis ses cuivres rentre-dedans, et puis sa guitare serpentine, et puis ses tablas bien placées. Bref, tout défonce dans ce morceau. On sait, on sent, on suppute que vous allez le liker en masse.

On en profite pour vous inviter à faire un tour plus que curieux dans le catalogue plantureux de HopeStreet Recordings, il regorge de pépites de ce bel acabit. Juste la récente sortie de Karate Boogaloo, KB’s Mixtape No. 2, vaut la peine de s’y plonger attentivement puisqu’ils reprennent à leur façon de célèbres morceaux de Blondie, Kraftwerk, Patti LaBelle & Stevie Nicks uniquement parce qu’ils ont été samplés par Destiny’s Child, Kanye West, Jay Z, Mariah Carey & Warren G. Ou sinon, si vous êtes trop pressés (faites attention au surmenage quand même, hein?), leur fameuse compilation best of sort ce vendredi 22 novembre dans le monde entier. Et au-delà.

Last news

Malgré le nom, ça ne vient pas du Japon mais d’Écosse ! Mais pas d’inquiétude ce collectif de 8 musiciens autodidactes n’a rien d’une contrefaçon. C’est un mix réjouissant entre d’un côté l’énergie de la scène UK Jazz et de l’autre un fort penchant psychédélique. Du très bon pour un premier essai.

Listen / Buy ↗

Homeboy Sandman trône toujours à la table du rap underground. Sur son nouvel opus « Rich II », ça tire des hommages à Bobby Byrd, J.B, Eric B. & Rakim, ça s’offre sur de terribles slaps de basse funk et ça swingue même comme Sinatra…

Listen/Buy ↗

Vous devriez aussi aimer

© Le Grigri, 2024 — Made with 🖤 — World Best Radio of the year 2062